Menu

 

[Critique] Spider-Man Far from Home streaming

Tout comme « National Lampoon’s European Vacation » était une suite parfaitement agréable, bien qu’inférieure, de la comédie loufoque des années 80 « Vacation », « Spider-Man : Far From Home » change de décor mais n’arrive pas à égaler les hauteurs inspirées de son prédécesseur.

Certes, « Spider-Man : Homecoming » est un acte difficile à suivre. Le film du réalisateur Jon Watts de 2017 était une explosion d’air estival à New York, un reboot rafraîchissant avec un tour de star extrêmement séduisant de Tom Holland dans le rôle titre. « Far From Home » arrive également environ six mois après le film d’animation « Spider-Man : Into the Spider-Verse », qui a remporté un Oscar et qui a changé la donne. C’est peut-être le film le plus inventif que nous ayons vu jusqu’à présent, inspiré par une bande dessinée Marvel – ou n’importe quelle bande dessinée, d’ailleurs.

Watts est de retour en tant que réalisateur, mais cette fois il se trouve dans la position délicate de diriger un film qui non seulement occupe une place importante dans l’univers en constante évolution de Marvel Cinematic Universe, mais qui fait aussi avancer l’histoire individuelle de Peter Parker. Et pendant un certain temps, « Far From Home » est très amusant, d’autant plus qu’il reprend exactement là où « Avengers » : Endgame » s’est arrêté. À partir d’un scénario des écrivains Chris McKenna et Erik Sommers, Watts et son équipe explorent de manière ludique ce qui se passe cinq ans après le claquement de doigts fatidique de Thanos et comment le monde se transforme de manière à la fois majeure et banale.

Spider-Man Far from Home streaming

À cet égard, « Far From Home » fonctionne mieux comme une comédie de lycée – qui se trouve être aussi la force de « Spider-Man : Homecoming » – avec des adolescents qui découvrent de façon adorablement maladroite qui ils sont et comment exprimer ce qu’ils ressentent dans ce nouveau monde courageux. Peter a eu un avant-goût du grand moment, avec toute la précipitation et la responsabilité que cela implique, mais il veut juste être un adolescent normal. Il préfère rejoindre ses camarades de classe dans une aventure européenne d’été – en particulier le sombre et séduisant MJ, joué une fois de plus avec un charme humoristique et pince-sans-rire par Zendaya- plutôt que de sauver le monde de la destruction totale. Une fois de plus. Et qui pourrait le blâmer ? C’est beaucoup pour lui, et pour nous.

Mais le devoir nous appelle. Comme il s’agit d’une superproduction du MCU qui arrive en salle le week-end du 4 juillet, « Far From Home » doit aussi fonctionner comme un spectacle d’action massive, et c’est là que le film est le plus faible. Les décors géants, et ce que le méchant espère réaliser grâce à eux, sont comme un tourbillon vide mais distrayant de chaos et de bruit. Certes, c’est le but, et nous y reviendrons (sans spoilers, bien sûr) dans un instant. Mais tout cela ressemble à une surcharge, comme un essaim de blips générés par l’ordinateur. « Loin de chez nous » se perd au moment où il atteint son crescendo supposé palpitant, son plus grand péché étant de ne pas être à la hauteur et que les scènes aux enjeux les plus élevés sont finalement assez ennuyeuses.

Le Mysterio de Jake Gyllenhaal est au centre de ces affrontements, avec un mélange de capacités qui combinent le vol et le laser-zapping d’Iron Man avec les tendances vestimentaires de Thor. Mais qui il est vraiment et ce qu’il veut vraiment ne sont pas une grande surprise, bien qu’il se présente au départ comme un allié et même une force pleine d’espoir pour l’avenir. Gyllenhaal semble s’amuser à se déguiser dans ce décor, et il apporte un grand brio à la scène dans laquelle il expose son raisonnement (étonnamment compréhensible) pour son plan élaboré. L’exécution de tout cela, cependant, finit par être plutôt engourdissante. Les vraies bombes arrivent pendant les séquences de générique de fin – alors, comme toujours, restez bien assis jusqu’à la fin.

Spider-Man Far from Home vf

Les rires sont si constants dans la première partie qu’il suffit de souhaiter que « Far From Home » soit une comédie romantique. Les idées loufoques de Peter sur la façon dont les arrêts à Venise et à Paris devraient se dérouler avec MJ sont le fruit de fantasmes d’adolescents lunatiques. Dans une douce romance parallèle, le meilleur ami de Peter, Ned (Jacob Batalon), voleur de scènes et sagace, se lie de façon inattendue avec la prim, Type-A Betty (Angourie Rice). Et un troisième flirt – entre le bras droit de Tony Stark, Happy (Jon Favreau), et la tante de Peter, May (Marisa Tomei) – a un certain potentiel mais ne va pas encore assez loin, bien que cela suffise à faire vibrer le sens de Peter parker.

Peter parker n’a pas la profondeur de caractère que nous avons pu voir chez lui auparavant, notamment lors de sa sortie déchirante dans « Avengers » : La guerre de l’infini ». Mais une fois de plus, il est complètement charmant dans le rôle, apportant un enthousiasme enfantin irrésistible et totalement différent de la façon dont Tobey Maguire et Andrew Garfield l’ont joué dans les incarnations précédentes. Son Peter a même des lueurs de folie lorsqu’il évite les appels d’un Nick Fury (Samuel L. Jackson) de plus en plus frustré.

Son véritable super pouvoir est peut-être le fait qu’il ressemble plus à un être humain qui s’identifie à lui et qui est pleinement épanoui qu’à tout autre personnage de l’univers Marvel. Nous aurons certainement une multitude de chances de le redécouvrir.

Categories:   Cinema

Commentaire